Déficits pluviométriques au Sahel
Share

Pendant la saison des pluies 2017 (juin à septembre), certaines parties du Sahel en Afrique de l’Ouest ont reçu des précipitations irrégulières et inférieures à la moyenne, selon un rapport spécial de FEWS Net. Certaines régions de la région ont reçu des précipitations de plus de 25% inférieures à la moyenne. Cela a conduit à des déficits de pâturages et d’eau qui devraient durer au moins jusqu’en juillet 2018.

La Mauritanie et le Nord du Sénégal ont été les plus durement touchés par le manque de pluie. Certaines régions pastorales du Nord du Mali, du Nord du Burkina Faso, du Niger et du Tchad ont également connu des déficits pluviométriques plus modérés mais tout de même significatifs. Dans certaines régions du Sud de la Mauritanie, les ménages font déjà l’expérience d’une insécurité alimentaire de niveau crise (phase 3 de l’IPC). Ces niveaux élevés d’insécurité alimentaire devraient s’étendre à d’autres zones de la région pendant la saison creuse de 2018 (avril à juin pour les zones pastorales et juin à septembre pour les zones agropastorales).

L’impact des pâturages limités sur le bétail et sur les revenus des ménages a conduit à un démarrage précoce de la saison creuse dans de nombreuses régions. En conséquence, les prix de vente du bétail sont déjà bas, et on s’inquiète de la multiplication des conflits entre éleveurs et agriculteurs, car les populations pastorales migrent dans les zones traditionnellement agropastorales à la recherche de pâturages appropriés pour leurs troupeaux.

Les précipitations de juin à septembre devraient être proches de la moyenne et le rapport suggère que les revenus pastoraux se rétabliront quelque peu au second semestre, l'amélioration des conditions d’élevage ayant entraîné une augmentation de la production laitière et une augmentation des revenus tirés des ventes de bétail. Cependant, dans les zones affectées par les déficits pluviométriques, la reconstitution et la récupération des troupeaux de bétail seront probablement plus lentes que la normale.

Photo credit:Pablo Tosco/Oxfam