La sécurité alimentaire s’améliore en Tanzanie, mais la saison creuse menace
Share

Un nouveau rapport publié par FEWS Net examine les conditions actuelles de sécurité alimentaire en Tanzanie. Ce rapport montre que les perspectives globales du pays en termes de sécurité alimentaire sont favorables, mais les conditions au niveau local restent mitigées.

Les pluies annuelles de la Masika (de mars à mai) ont été de 120 à 200 pour cent au-dessus de la moyenne dans certaines zones du pays suite aux effets d’El Niño. Ce qui a augmenté la production des cultures dans certaines zones et contribué au stock de céréales nationales. Le Ministère de l’Agriculture rapporte un excédent national global anticipé de maïs de 650.000 MT pour l’année commerciale 2016, plus 400.000 MT de réserve stratégique de céréales. La réserve de céréales devrait augmenter encore plus, selon le rapport, parce que le gouvernement a établi un prix d’achat au producteur à 500 TZS par kilogramme, en comparaison avec le prix à la ferme de 300-350 TZS par kilogramme dans les zones excédentaires. La Tanzanie possède aussi un excédent de riz estimé à 1 million MT ; les excédents de maïs et de riz sont tous  deux susceptibles d’être exportés.

Malgré cette perspective globalement favorable de la production, d’autres zones du pays, en particulier les zones céréalières du nord-est, connaissent encore des déficits de pluies de plus de 50 pour cent de précipitations moyennes. Ceci va entraîner, comme on peut s’y attendre, des récoltes vertes et sèches en dessous de la moyenne dans les mois à venir dans ces régions. Les ménages pauvres dans ces zones devraient connaître une saison creuse qui va commencer plus tôt que la normale, avec des stocks de récoltes déjà épuisés en août. Les stocks nationaux vont en quelques sortes modérer les effets de cette pénurie, mais les ménages pauvres tirant leurs revenus du travail agricole verront leur accès aux aliments compromis.

Les inondations liées à El Niño ont aussi affecté environ 25.000 ménages au nord, au centre et au sud de la Tanzanie. De nombreux ménages ont perdu des cultures, des intrants agricoles, des outils, du bétail, des pâturages et des sources de revenus, et sont susceptibles de connaître une réduction de la consommation alimentaire jusqu’à la fin 2016.

A travers le pays, la sécurité alimentaire pour la majorité des ménages pauvres s’est améliorée pour atteindre le niveau minimum, selon FEWS Net. Cependant, l’insécurité alimentaire devrait empirer pendant la saison creuse à venir (octobre à janvier), avec des ménages pauvres dans la région nord-est du pays qui sont susceptibles d’atteindre des niveaux critiques d’insécurité alimentaire. 

Photo credit:Flickr: Caroline Irby/Oxfam